Association Mieux Vivre sur le rive

La voix des riverains a été entendue

“Mieux vivre sur la rive” est une association crée en 2001 à l’initiative d’habitants de la rive Biessard – Dieppedalle – Croisset révoltés par un accident de la mortel de plus sur le RD51 . Leur volonté : faire cesser l’hécatombe qui dure depuis trop d’années.” Un mort par an en moyenne sur cette route, et il faut bien le dire, à l’époque… dans l’indifférence générale des élus et des acteurs économiques” confie Guy Raimbaud secrétaire de l’association.

Avec pugnacité et patience, les 150 membres de l’association sont parvenus à faire entendre leur voix auprès des acteurs économiques, industriels et institutionnels à grands renforts de réunions publiques, débats, campagnes de mesures de bruits et de vitesse , informations sur site internet, pétitions…

Depuis 7 ans leurs efforts s’articulent autour de 4 axes de réflexion :

-l’aménagement de la RD 51 (dangerosité d’une route accidentogène),

-l’environnement (nuisances et poussières des camions et silos)

– la protection de la falaises (réduction des risques d’éboulement )

-la surveillance de l’incinérateur du SMEDAR nouvellement construit en face a Grand Quevilly.

C’est donc une vision globale qui est portée sur le cadre de vie autour de la RD 51, cherchant à concilier économie locale, protection de l’environnement et qualité de la vie.

Sur le front ferroviaire, le représentant de l’association ne cache pas sa déception “ la mise en site propre (voie réservée ) de la voie ferrée permet désormais aux trains de rouler plus vite (30km contre 6km/h) accentuant encore les vibrations dans une zone à risque ou la falaise est instable : déja soumise aux aléas climatiques causant une érosion importante “.

L’habitant de Dieppedalle exprime en revanche sa satisfaction sur la prise en compte des propositions de l’association dans le projet d’aménagement de la départementale “nous voulions que la sécurisation prenne en compte les riverains et ne se réalise pas au détriment des zones de vie :

– étroitiser la voie de circulation et privilégier l’espace pour les habitants plutôt que de créer un terre-plein central

– rejeter la circulation vers le fleuve, concilier zone de cheminement , voie cyclable et stationnement.

Concernant la circulation des camions, la pose d’un revêtement routier qui limite les vibrations a été demandé ainsi que l’aménagement de ronds points permettant le demi-tour des camions et d’aires de stationnements autour des restaurants… Là encore, nos remarques ont été entendues… mais nous restons attentifs à leurs réalisations “

Bénéficiant des différentes améliorations déjà apportées sur la route (aménagement des parkings céréaliers et de la cale du bac) et après des années de circulation placées sous le signe du provisoire, les vaudésiens vont maintenant être confrontés à la phase de travaux et se résoudre à respecter, durablement, la limitation de vitesse fixée à 50 km/h .

plus d’information sur l’association

http://mvslr.ifrance.com/